mercredi, novembre 18, 2015

Entrevue avec Marlène Couture, femme ordinaire... ultramarathonienne!

Marlène Couture Marly course ultra marathon
Crédit: Marlène Couture
Marlène Couture, AKA Marly, est une coureuse, une blogueuse et surtout une passionnée. Elle se décrit comme «une fille ordinaire qui fait des choses extraordinaires». Entre autres, elle fut l'une des 9 femmes et des 38 coureurs à compléter le National 50 de la Chute du Diable en 2013 (détails ici).

Marly donne des conférences sur différents aspects de la course à pied. C'est ainsi que je l'ai connue, et mon envie de m’adonner au commute running et à la trail vient en grande partie d'elle.

Le 13 novembre 2015, elle donnait une conférence intitulée Courir dehors, même l'hiver! au MEC Marché Central, et j'en ai profité pour lui poser quelques questions... plus girly!

Marlène Couture Marly course ultra marathon
Crédit: Marlène Couture
VA : Tu te décris comme une fille ordinaire qui fait des choses extraordinaires. Or, la femme ordinaire qui lit ceci se demande… Comment on fait pour courir un ultramarathon de 8h quand on est menstruée?
MC : Ça m’est jamais arrivé. Quand je m’entraîne vraiment fort, je suis rarement menstruée, et j’ai un stérilet depuis que j’ai des enfants. Donc je ne sais pas.
Note de Valérie: Moi qui espérais avoir des trucs pour un éventuel ultra... zut! Pour celles que ça intéresse, je sais que la Diva Cup est chaudement recommandée par plusieurs...

VA : Pendant qu’on est dans «les vraies affaires», peux-tu nous parler des produits que tu utilises pour courir? Crèmes, produits capillaires…
MC : Je n’utilise pas de produit spécifique, mais je suis toujours peignée : si j’ai une tuque, j’ai mes tresses; si j’ai un bandeau, j’ai les cheveux remontés. J’utilise mes produits de tous les jours… Je suis un peu délinquante, je ne mets pas de crème solaire. Je ne me maquille jamais pour courir. Je cours maquillée seulement en revenant du travail, mais ça a jamais coulé grâce aux lunettes (fumées l’été, transparentes l’hiver). Je n’ai jamais eu de problème. Je ne cours jamais sans mon baume à lèvres. Si je pars pour plus de 10 kilomètres, il est dans mon sac d'hydratation. L'hiver, j'étends une bonne crème hydratante sur mon visage avant de sortir, pour éviter les engelures. Ça ne m'est jamais arrivé, et mon visage est aussi couvert par ma tuque et mon buff, mais je prends pas de chance!

VA : Tu trouves important de témoigner qu’une femme «ordinaire» peut réussir des épreuves très exigeantes, où on retrouve une majorité d’hommes. Est-ce que le fait d’être une femme désavantage tant que ça, ou c’est une question de mentalité?
MC : C’est une question de mentalité, on n’est pas du tout désavantagée. Une coureuse moyenne peut réussir à faire un ultra. Si t’es toujours en fin de peloton sur route, oublie ça à cause des cut off times [Note de Valérie: ce sont des temps maximaux de passage à certains points dans les longues courses]. Mais une femme peut tout à fait courir un ultra. Les femmes s’inscrivent moins parce que la préparation demande beaucoup d’entraînement. Beaucoup de femmes sont mères et se sentent coupables de prendre le temps... Moi, j’ai les enfants une fin de semaine sur deux. Il y a une évolution dans les inscriptions dans les deux dernières années. La trail est de plus en plus connue. Il y a beaucoup de filles cet été qui m’ont écrit qu’elles avaient fait un ultra parce que je les ai inspirées.

Marlène Couture Marly course ultra marathon
Crédit: Marlène Couture
Marly vous intéresse? Lisez ses réponses à des questions plus techniques sur mon blogue Valérie Bouge!
Vous pouvez aussi suivre ses aventures sur son blogue Les Aventures de Marly ou sa page Facebook!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bienvenue

Miss Vay est un blog collaboratif basé à Québec qui porte principalement sur la beauté, mais qui s'intéresse aussi à la mode, le lifestyle, les restos et les sorties.

Liens

Hangar 217
MiB Awards Miss Vay Beauté

Archives