jeudi, septembre 29, 2016

Ça n'arrive pas seulement qu'aux autres...

Ça n'arrive pas seulement qu'aux autres...
Source: http://www.splitshire.com/
Lundi, 12 septembre. Il fait beau et encore un peu chaud. C'est le soir et je me réveille d'une sieste. Un appel manqué, mon père. Je glisse mon doigt sur le téléphone, et on discute. Il arrive dans 40 minutes environ. Il part de notre maison.

Moi, je fais mon souper. J'ai pas très faim, mais je dois manger un peu. Deux poitrines de poulet, j'en grignote une seule. L'autre reste dans la poêle... je hausse les épaules, je vais la ranger quand je vais revenir de la promenade de moto. Il faut qu'elle refroidisse de toute façon.

Je ne veux pas avoir froid, donc je mets en plus de mon chandail à manches longues, un gilet de laine et mon manteau. Je mets mes nouvelles espadrilles Reebok, envoie un texto à mon chum pour lui dire que je ne pars pas longtemps, au max dans une heure je suis revenue.

J'espère qu'il passe une bonne soirée à son show avec son frère. Ah oui, le chèque du loyer. Je griffonne rapidement sur le chéquier sur mon bureau.

Je sors dehors, j'ai à peine mis le deuxième soulier que déjà, je suis en bas de l'escalier. J'aime faire de la moto. Je décroche totalement... mon frère sort dehors et jase avec nous un peu. Mon père s'est acheté un nouveau fullface. Il me demande si je veux le mettre, j'hésite parce qu'il est grand. Va pour le casque normal pour moi.

-On va aller à St-Anne-de-Beaupré prendre un café...

Moi perplexe :

-C'pas un peu loin? Bah ok!

J'embarque sur la moto et on pars.

On roule depuis à peine 5 minutes... y'a quelque chose qui va pas. Je veux descendre. Ça va pas, je suis pas confortable, mal placée. Je grouille un peu, mon père me demande si ça va. Je ravale la boule dans ma gorge et je dis :

-Oui, oui! Je glisse un peu, c'pas grave , je me tiens.

On est sur le boulevard Sainte-Anne, on passe devant tous les motels. Je suis dans la lune, je pense à mon amoureux, à l'école, au niveau de stress que je dois faire descendre... et au rendez-vous que je dois prendre à la clinique à cause de mon estomac...

Viens le Bingo des Chutes... ça fait longtemps que j'ai pas vu....

-EILLE!!!

Le temps de me retourner, de voir ce qui se passe et bing, bang, roule par terre sur l'asphalte... je suis sur le dos et je crie. Je crie parce que j'ai peur. Je n'ai pas encore mal. J'ai juste peur. Je le savais, je le savais, non! Non je veux pas, je veux pas avoir mal, je veux pas être blessée, je veux que ça continue comme avant. NON!! Papa, papa??? Où es tu?? Je ne veux pas...

Le mal est plus fort. Mon orteil, mon poignet. Il y a une femme gentille qui est proche de moi, qui est là pour me rassurer, mais je ne veux pas. Je ne veux rien entendre. Je veux me lever comme si de rien n'était, oui oui je peux. Je veux pas rester allongée, je veux me lever pour aller voir c'est qui qui a fait ça...

J'entends au loin une femme qui pleure et qui crie: «Je les avais pas vu, je les avais pas vus!». J'ai envie de lui crier que ce n'est pas une excuse! Les pompiers m'immobilisent et moi je reste là, je suis réveillée. Non, je n'ai pas mal au dos. Je veux aller voir celle qui nous a fait ça, je veux savoir c'est quoi son maudit problème! Les pompiers et les ambulanciers m'emmènent, non non, je suis correcte... je ne veux pas...

Finalement, j'aurai un pied d'amoché, le genou avec des contusions, mon poignet gauche enflé et plein de paperasse. La rentrée d'argent suspendue pour un temps, des démarches, des heures perdues à l'école. Je suis en vie peut-être, mais ma vie s'est compliquée ce soir-là.

Heureusement, mon père a été que légèrement blessé, des éraflures et un poignet mal en point; l'équipement de moto a bien fait son devoir et a amorti tous les chocs.

J'ai vu sur le rapport de police, la fille ne nous a jamais vus parce qu'elle lisait un texto avant de tourner dans le stationnement du Bingo des Chutes. Ce soir-là, mon père a eu des réflexes et m'a sauvé la vie. Ce soir-là, j'étais quand même bien habillée et j'ai été blessée sévèrement. J'ai peur maintenant sur la route.

J'avais envie de vous le raconter, parce que j'en avais besoin. Je pourrais profiter du moment pour vous sortir plein de statistiques, mais je pense que vous les connaissez tous. Le moment où je suis rancunière n'est pas encore arrivé et je voulais écrire avant que ça ne m'arrive. Je suis en colère, mais ça ne change rien. J'avais simplement envie de vous raconter mon histoire et de vous dire de faire attention, parce que peut-être que le texto que vous allez lire, même juste regarder rapidement quand vous serez sur la route sera important pour vous... mais sachez simplement que la chance n'est pas toujours au rendez-vous. Et que la vie vaut plus qu'un texto.

À bientôt!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bienvenue

Miss Vay est un blog collaboratif basé à Québec qui porte principalement sur la beauté, mais qui s'intéresse aussi à la mode, le lifestyle, les restos et les sorties.

Liens

MiB Awards Miss Vay Beauté

Archives