mercredi, avril 05, 2017

Comment aider un proche avec le cancer

Comment aider un proche avec le cancer Mois Jonquille

Cette année marque le 60e mois de la jonquille. Ce mois vise la sensibilisation contre le cancer, que ce soit par le soutien aux personnes atteintes, en arborant une épinglette jonquille ou en achetant de vraies jonquilles. Les profits de ces ventes servent à financer des projets de recherche, des services d'information, ainsi que des programmes de soutien. 

Il y a quelques années, ma mère a été diagnostiquée avec un cancer du sein de stade IV, qui veut dire avancé. La nouvelle lui est tombée dessus comme un mur de briques, alors que pour moi, j'étais inhabituellement positive que tout se passerait bien. 

Ce cancer a affecté notre quotidien pendant plusieurs mois, et il continue de nous hanter un peu en sourdine. Je partage avec vous aujourd'hui quelques trucs qui nous ont permis, ma mère, mon père et moi, de passer à travers cette épreuve. 

Vivre au jour le jour

Quand le cancer arrive dans nos vies pour la première fois, on est pris au dépourvu, et on veut savoir ce qui se passera. On veut savoir comment se passeront les traitements, combien il y en aura, etc. Il est toujours insécurisant de vivre un élément inconnu. Au début de la maladie de ma mère, ma tante (qui a également eu le cancer) m'a dit de ne pas lui dire, mais que les traitements de chimio empireraient. Elle ne voulait pas l'inquiéter. Il est certain que l'ensemble du traitement peut paraître immense à première vue, mais petit à petit, le corps reprend ses forces et du mieux.

Garder espoir

Au début du cancer, ma mère croyait que son seul espoir de guérison était une opération au foie, afin d'enlever des métastases, ce qui lui permettrait de faire de la chimio. Cette opération n'a pas eu lieu, et ma mère croyait dur comme fer que le traitement de chimio ne pourrait pas se faire, et donc qu'elle n'aurait aucune chance de guérir. Les médecins n'ont pas cru bon lui expliquer les recours qu'elle avait, et elle s'est sentie condamnée à mort le temps d'un weekend. Finalement, la chimio était quand même possible, et même si on pense qu'il n'y a plus d'espoir, on ne sait jamais.

Aller chercher de l'aide

Bien sûr, pendant la maladie, les tâches ménagères ont du être redistribuées (j'habitais alors chez mes parents). Plusieurs amis et voisins nous ont aidé, notamment en nous apportant des repas qu'ils avaient préparés. Des tantes sont venues faire du ménage. Ma mère a aussi pu bénéficier d'un organisme régional pour les personnes atteintes du cancer. Leur aide était plus au niveau technique, avec de l'aide financière et des infirmières qui venaient s'occuper d'elle.

En rire

C'est un truc qui peut paraître bizarre, parce que la maladie est sérieuse, et que dans un sens, il faut la prendre au sérieux, en prenant les traitements nécessaires, du repos, etc. Mais en même temps, il faut lui enlever ce côté traumatisant, de manière à lui enlever son «pouvoir». Mon père et moi aimions porter la perruque de ma mère (au final, elle ne l'a mise qu'une fois), pour s'amuser. Même s'il lui manque un sein, ma mère en rit. Cela diffuse l'atmosphère.

Avez-vous soutenu un proche atteint d'un cancer? Avez-vous souffert d'un cancer? Quels sont vos trucs pour passer à travers la maladie?

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bienvenue

Miss Vay est un blog collaboratif basé à Québec qui porte principalement sur la beauté, mais qui s'intéresse aussi à la mode, le lifestyle, les restos et les sorties.

Liens

Hangar 217
MiB Awards Miss Vay Beauté

Archives