Avoir 40 ans

gâteau 40 ans vieillir projets rêves
Source: Pixabay
Déjà la quarantaine! Aucun désir de célébrer ce changement de décennie, c'est la déprime! J'entends déjà les gens qui disent: «Ben voyons, c'est encore jeune!» Disons que le changement de décennie pour moi rime avec échelons de la vie. Ce sont mes programmations malsaines qui me font voir la vie en gris, c'est quand même difficile de m'en sortir. Ça me frappe de plein fouet!

Pour ma fête, j'ai passé une journée comme les autres, à faire ma routine de maman. La seule différence, c'est que ma mère m'a accompagnée pour les activités des enfants. Je pourrais dire que j'ai choisi le souper (miam! de la raclette!), sauf que je choisis presque tout le temps le menu, donc rien de spécial ici! J'ai même fait la grève d'internet et des réseaux sociaux, histoire de tenter de me connecter à moi-même un peu plus. En quarante ans, j'en ai appris des choses suite à mes échecs, regrets et succès! Je me voyais ailleurs qu'ici lorsque j'imaginais ma quarantaine.

Voici donc une courte liste de certaines choses apprises que je tente de conserver afin de me rendre à la prochaine décennie en un morceau.

1. La vie passe vite, faut prendre le temps de ralentir

Maternité mère enfants amour inconditionnel liberté prendre le temps
Source: Pixabay
Tout passe: difficultés, tristesse, bonheur, etc. Il faut choisir ce qui nous importe: passer du temps avec nos enfants ou se perdre sur les réseaux sociaux; travailler 50-60 heures par semaine, s'endormir le reste du temps en manquant des moments clés ou prendre des journées «vie personnelle» de temps en temps pour créer des souvenirs magiques - tout est dans nos choix! Je choisis mes enfants, toujours et en premier, quand ils quitteront la maison, ce sera fini l'enfance et rien ne ramènera le temps perdu. Sur ce point, aucun regret, je mets mes priorités aux bonnes places! Dans 10 ans, je prendrai le temps plus pour moi... mes enfants seront tous plus grands.

2. All you need is love - tellement faux!

L'amour a été mis sur un piédestal dans mon enfance avec tous ces contes de fée: le prince charmant, la princesse pris au piège, l'idée de se faire sauver, ils s'aimèrent et vécurent heureux, bla, bla, bla. Ça prend plus que de l'amour pour qu'un couple survive, s'épanouisse et grandisse. La complicité, la communication, l'entraide, la franchise et l'amitié sont tous des éléments essentiels pour bâtir une relation durable. Sans ces éléments, il est difficile (voire impossible) d'espérer du long terme. Une fois que la passion du début éteinte, la phase lune de miel passée, s'il n'y a rien d'autre, l'amour finira par laisser sa place à l'amertume.

3. Une femme peut vivre heureuse seule

femme seule fière forte
Source: Pixabay
Certaines femmes peuvent vivre seules et être heureuses, même épanouies! Grâce au chemin parcouru par nos grand-mères, elles nous ont permis d'être autonomes, fortes et fières! Nous pouvons maintenant et facilement, faire carrière, élever nos enfants, tenir la maison et ce complètement par nous-mêmes. Puis, dans le cas où nous nous retrouvons en couple, c'est par choix et non par nécessité. Un bel héritage à partager avec nos filles pour leur permettre de vivre leurs rêves, bâtir leur vie à leur façon et sortir des sentiers battus.

4. Avoir des enfants dans la vingtaine, c'est l'idéal

Je peux comparer ma maternité de la vingtaine à celle de la fin trentaine, j'ai grandement préféré mon premier lot. Je crois qu'en arrivant à la quarantaine, nous sommes ailleurs mentalement. J'adore mes enfants, aucun regret de les avoir dans ma vie, ils sont si merveilleux. Je mentionne juste un fait, du moins pour ma part, de sentir un changement physiologique qui me pousse à vouloir ma liberté, à vouloir foncer vers d'autres types de projets, à vouloir bâtir plutôt qu'élever. C'est quand même un choix que j'ai fait et je savoure tous les moments magiques de mes garçons, je sens juste que mes 60 ans vont me pousser à me consacrer qu'à moi!

5. Même fatiguée, épuisée et embourbée, quelqu'un qui carbure aux projets en aura besoin

Étant si occupée avec la maison, les enfants et le retour au travail, je croyais vouloir prendre du recul, prendre mon temps, éviter la surcharge, etc. En fin du compte, je réalise que je carbure aux projets. Mon esprit et mon corps en demandent! Quand ça bouge, j'aime ça! La fatigue se disperse, l'adrénaline me motive et je me sens plus fonceuse à la maison. Faut croire que notre génétique, nos expériences de vie et nos valeurs nous façonnent énormément dans toutes les sphères de notre vie. Si nous manquons d'accomplissement dans une sphère, il faudra le combler dans un autre pour éventuellement pouvoir équilibrer le lot. Bon, quels seront mes prochains projets?

6. Ton corps te parle, même qu'il crie parfois; il faut arrêter et l'écouter pour cesser la douleur

Changement tristesse colère joie douleurs apprendre à sourire
Source: Pixabay
Quand c'est rendu que ma vie va mal, je sais que ma tête va mal! C'est interrelié et j'en ai des histoires multiples à ce sujet. Deux scénarios se présentent à moi lorsque je laisse mes malheurs envahir ma vie: soit ma voiture brise de façon bizarre et coûteuse quand les finances sont à plats ou que je commence à être malade de façon aussi bizarre. Les migraines chroniques, les douleurs en boucle (mal aux dos, mal au ventre, mal au genou, etc.), le rhume, la sinusite, alouette! Puis, je me rends au bout du rouleau, j'expire ma colère, ma peine, ma rage - je respire, je prends du temps pour moi, je recommence à voir la beauté dans le monde et tout disparaît! Puis, certaines douleurs persistent, qui me poussent à vérifier certains points dans ma vie. Je réalise que mes pensées influencent mon physique et je change mes perceptions afin de cesser d'avoir mal (ça prend du temps parfois, à chaque fois les changements sont majeurs et magnifiques, juste parce que ma tête sourit!).

7. Mes valeurs m'appartiennent et j'y tiens

valeurs croire en soi
Source: Pixabay
Malgré que mes valeurs peuvent différencier des autres, les gens qui tiennent à moi les respecteront sans y adhérer. C'est important de se souvenir de cela, puisque si les gens veulent changer vos valeurs, c'est qu'ils veulent nous changer et c'est peine perdu. Même moi, je dois m'en souvenir, une personne ne changera pas. Elle peut grandir, évoluer, sans toutefois changer. Lorsque nous choisissons de maintenir nos points de vue, que nous clamons haut et fort nos valeurs, que nous faisons des changements dans notre vie, les gens qui s'y heurtent disparaîtront tranquillement de notre sphère. Même si ça fait peur, même si c'est triste, c'est un incontournable de la vie! On attire ce que nous voulons et écartons du fait même ce que nous rejetons.

8. Le succès est unique pour chacun

Le succès, c'est ce que nous décidons! Pour une personne, le succès sera d'avoir complété de longues études, obtenu l'emploi convoité, s'être marié et avoir eu des enfants tout en bâtissant sa maison. Pour un autre, le succès sera d'être heureux dans sa vie et d'être entouré de gens qu'il aime. Il faut s'en souvenir, le succès n'est pas ce que nos parents, nos amis, notre famille nous disent, c'est ce que nous choisissons.

9. La personne la plus importante, c'est soi-même

Bon, ici, je l'apprends toujours! J'oublie trop souvent de prendre du temps pour moi, de penser à mes besoins avant ceux des autres (surtout ceux de mes enfants), de m'apprécier! Quand ça tourne au noir, c'est difficile de penser à moi et de prendre soin de ma personne, j'y vois plus la raison d'être! Par contre, quand je me centre à nouveau sur moi, sur mes besoins et que je prends le temps de m'écouter, le changement opère et tout se métamorphose autour de moi. Je peux plus facilement répondre aux besoins des autres, sans toutefois m'oublier - ça risque de prendre encore 10 ans avant que je perfectionne celui-ci...

10. Conserver vos rêves et votre liste de souhaits

Rêver sortir du cadre foncer être soi
Source: Pixabay
Ce point, j'ai tendance à l'oublier aussi et je dois me le répéter. Bien entendu, maintenant que j'ai 40 ans, 4 enfants, dont deux bambins, je me vois aller vers la fin, comme si mes rêves ne pouvaient plus exister. C'est sûr que mon rêve de faire le tour du monde avec mon sac à dos risque d'être légué à mes enfants, je peux tout de même conserver mon rêve de voir le monde (ce sera juste un voyage différent de celui que j'anticipais). Je dois métamorphoser mes rêves à ma réalité, sauf que je dois aussi me souvenir que tout est possible! Je vais donc garder mon esprit ouvert, continuer à ajouter à ma liste (au lieu de la jeter comme ma déprime de la quarantaine me dictait) et voir toutes les possibilités futures comme atteignables!

Cadeau à soi se réveiller méditer créativité joie
Source: Pixabay
Grisaille de novembre, quarantaine établie, je décide de m'offrir une dose d'amour de soi, de la santé centrée sur l'ouverture de mon âme, de me grounder davantage, l'art de méditer, de la danse et de la musique dans mon coeur! De me retrouver à travers le brouillard qui m'envahit, afin de faire dissiper la grisaille et retrouver le soleil! De m'affirmer, prendre ma place, cesser les pensées négatives, apporter le changement en moi afin de faire rayonner autour de moi et prendre les décisions qu'il faut pour être heureuse, complètement et profondément!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

@templatesyard