mercredi, août 24, 2016

5 trucs pour les Tanguy / enfants boomerang

5 trucs pour les Tanguy / enfants boomerang
Mon père et moi, il y a quelques années.
Crédit: Stéphanie Gauthier-Bujold
Il y a quatre ans, je suis retournée vivre chez mes parents. Une suite d'événements ont fait qu'habiter chez mes parents était la meilleure solution pour le moment. Par contre, j'ai souvent de la difficulté à vivre cette situation, car j'ai vécu une dizaine d'années indépendamment.

Voici quelques trucs pour faciliter cette période:

S'entendre sur la durée de la «colocation»

Une chose que je n'ai pas fait, car lors de mon retour, j'attendais un visa de travail, et je ne savais pas combien de temps cela pouvait prendre. Les événements de la vie se sont alors enchainés, et quatre ans après, je suis toujours là. 

Je crois qu'en ayant une durée fixe, chacun peut plus facilement prendre sur soi. Les parents voient que le retour n'est que temporaire, et les enfants ont une date limite pour planifier leur prochaine étape.

Participer aux tâches et cotiser financièrement

J'ai la chance de ne devoir aucun loyer. Je sais que ce n'est pas le cas pour la plupart des jeunes habitant chez leurs parents. Par contre, je fais ma part en payant la bouffe. J'aide aussi financièrement quand il y a des bris à la maison pour réparer ou changer les appareils. 

Du côté des tâches ménagères, je fais le ménage, mais pas la bouffe. Mon père a la gueule fine, et la nourriture que je prépare n'est pas de son style, alors je laisse la tâche à ma mère, qui sait mieux que moi comment le contenter. Donc, répartir les tâches selon les aptitudes et les goûts de chacun, ou bien faire une rotation amène chacun à mettre la main à la pâte.

S'intéresser aux passe-temps des autres

Un truc que mon père m'a souvent reproché, est de ne pas me montrer plus intéressée aux tâches horticoles, qui sont le dada de ma mère. Depuis que je cultive des fines herbes, je profite de son savoir-faire. Cela la rend fière et on passe du temps ensemble.

Avoir du fun avec eux

J'ai une relation quand même difficile avec ma mère, mais nous passons souvent du temps ensemble, et nous pouvons niaiser et avoir du fun. Mon père est plus sérieux. Nous avons nos moments «en famille», comme le brunch du dimanche matin, et nous regardons aussi certaines émissions tous les trois. Pour rendre le moment un peu spécial, des fois j'achète des petites gâteries pour grignoter devant la télé.

Accepter que pour eux, on sera toujours leur bébé

Surtout si on est enfant unique. C'est ce que je trouve plus difficile. Mais cela ne sert à rien de contrer le phénomène. Nos parents, on ne peut pas les changer. Ma mère est très contrôlante, mais le sentiment qui se cache derrière ce contrôle est souvent l'inquiétude. Même si c'est achalant de me faire demander où je suis allée, qui j'ai vu, etc., je réponds, et souvent juste le fait de répondre la rassure. La dynamique «parents-enfants» reste, et ne fait que sporadiquement place à une dynamique «adultes-adultes». J'essaie donc de céder ce rôle de «mère» à la mienne; ça la réconforte.


Habitez-vous chez vos parents? Y êtes-vous retourné vivre pendant un certain temps? Avez-vous d'autres trucs pour la cohabitation avec eux?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bienvenue

Miss Vay est un blog collaboratif basé à Québec qui porte principalement sur la beauté, mais qui s'intéresse aussi à la mode, le lifestyle, les restos et les sorties.

Liens

MiB Awards Miss Vay Beauté

Archives