Le livre «À fleur de pots» des Trappeuses

Le livre «À fleur de pots» des Trappeuses
Crédit: Stéphanie Gauthier-Bujold
Dans mon dernier article, je vous avais présenté 5 entreprises québécoises «zéro déchet». Depuis ce temps, je continue ma lancée vers un mode de plus plus durable. J'avais déjà vu le livre À fleur de pots des Trappeuses en magasin, mais en parlant avec une collègue qui me le recommandait vivement, j'ai du me le procurer.

Ce livre, qui se veut un «petit grimoire des cosmétiques fait maison», nous guide pas à pas dans notre transition vers des produits pour le corps naturels et sans déchet. Le principe du livre est simple et facile: à partir de 12 catégories d'ingrédients (que nous avons presque tous à la maison déjà ou facilement à portée de main), nous pouvons concocter nos propres produits (contrairement aux 500 et plus qu'on peut retrouver dans les produits commerciaux)!

Le grimoire est divisé en cinq parties. La première nous donne les raisons pour nous motiver à fabriquer nos produits. La deuxième nous présente en détail les 12 catégories d'ingrédients requis, avec des recommandations de chouchous dans chacune d'elles, ainsi que ceux à préférer selon le type de peau/cheveux, préférences, etc. Le troisième chapitre nous explique les bons termes à utiliser, les bons outils, et nous présente les erreurs de débutantes que Les Trappeuses ont commises. Dans les chapitres 4 et 5, nous sommes dans le vif du sujet, les fameuses recettes! Le chapitre 4 nous offre celles des produits de beauté (huiles nettoyantes, exfoliants, sérum, etc.) et le chapitre 5, celles plus pharmaceutiques (dentifrice, déodorant, protection solaire, etc.)

Contrairement à d'autres livres de DIY de produits cosmétiques que j'ai déjà consultés, les ingrédients sont vraiment faciles à trouver. Et si, comme dans le cas du macérât huileux, on se demande de prime abord «kossé ça?!» et elles nous l'expliquent, très clairement.

J'ai aussi adoré ce livre, pour la raison qu'il nous explique quels ingrédients privilégier du côté environnemental. Ainsi, les ingrédients qui peuvent paraître sains et naturels ne sont pas toujours la meilleure option; par exemple, leur culture demande beaucoup d'eau, ils empêchent d'autres cultures de pousser autour, ils détruisent l'écosystème, etc.

J'ai déjà essayé quelques recettes et je désire faire celle du «déo liquide pour d'sous d'bras sensibles» bientôt (j'attends seulement de finir une bouteille avec spray que je vais récupérer)!

Bref, un livre que toute fille girly, mais qui désire penser à la planète devrait consulter!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire