lundi, avril 18, 2016

Le prix de la sédentarité

Le prix de la sédentarité

Petite tranche de vie, inspirée par le Défi Santé 2016 auquel quelques blogueuses de Miss Vay participent, moi incluse. Témoignage d'une ancienne anti-sportive.

Je pratique la course à pied depuis un peu plus d'un an. J'ai évité une tendinite du tendon d'Achille et j'ai appris à la dure à bien me réchauffer avant de courir. Depuis le début, je suis les conseils de professionnels: augmentation graduelle des distances, sessions d'intervalles, musculation des stabilisateurs et des abdominaux... Malgré tout, en début d'année j'ai dû consulter en physiothérapie pour une douleur persistante sur le côté du genou. Verdict: syndrome de la bandelette.

Il était assez léger pour qu'on ne m'interdise pas carrément de courir. La physio m'a prescrit une diminution de mon volume (c'est-à-dire du kilométrage par semaine), ainsi que des exercices de renforcement à faire, notamment pour les muscles fessiers.

Zut de zut! Je fais pourtant attention pour progresser doucement. Des tas de gens y vont au même rythme que moi, et même plus vite, sans se blesser. Je me suis alors demandé: qu'est-ce que «progresser doucement»? Et la réponse, évidemment: ça dépend!!!

J'ai été férocement sédentaire pendant près de 30 ans, comme je l'ai écrit sur mon blogue. C'est donc normal que, même avec une progression qu'on peut considérer «raisonnable», mon corps soit à risque de se blesser. Dur pour l'orgueil, mais normal! Surtout si on considère que je travaille assise de sept à dix heures par jour. Ça n'aide pas à faire travailler le corps «comme il le devrait». Les muscles sont faibles et paresseux, ça ne leur en prend pas beaucoup pour se blesser.

Plutôt que de déprimer sur ce recul, je prends ceci avec un brin de philosophie et beaucoup d'humilité envers mon corps. Je l'ai négligé pendant longtemps, voire maltraité. Encore aujourd'hui, malgré mes beaux discours d'alimentation et de santé (voyez mes articles précédents sur Miss Vay!), j'abuse du sucré et j'ignore des signaux de fatigue pourtant flagrants. Pas étonnant que la réponse consiste en des blessures et de l'épuisement!

Le prix d'une intense sédentarité est assez élevé. À cause de mon mode de vie sédentaire et de ma très mauvaise alimentation d'adolescente-jeune-femme-dans-la-vingtaine, j'ai eu des pierres à ma vésicule biliaire qui ont mené à son ablation il y a un an et demi. Ce n'est pas rien! Je commençais à peine à me mettre en forme et j'ai dû tout reprendre à zéro suite à l'opération! Je dois maintenant faire attention à mes portions et à la quantité de gras que j'ingère.

La tendinite au tendon d'Achille et le syndrome de la bandelette sont d'autres manifestations du pauvre état de mon corps. La volonté ne fait pas tout! C'est un gros morceau, mais il faut tenir compte de nos capacités lorsqu'on décide de se remettre en forme. Pour certaines personnes, moi incluse, il faut accepter de partir de loin et d'avancer très lentement.

Mais ce prix en vaut la peine. Je pourrais tout lâcher devant les difficultés et la douleur, mais ma santé, mentale comme physique, exige que je tienne bon. La valeur d'une vie active dépasse grandement ce prix.

Pour vous aider à intégrer l'exercice dans votre quotidien, j'ai déjà écrit quelques trucs pour vous. Aujourd'hui, j'ajoute de gros encouragements!!! Juste prendre des marches régulières, c'est déjà bon!

Note: cet article reprend un billet de mon blogue personnel, Valérie Bouge. Pour plus d'informations sur le côté sportif de la chose et sur mon cheminement, allez le lire!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bienvenue

Miss Vay est un blog collaboratif basé à Québec qui porte principalement sur la beauté, mais qui s'intéresse aussi à la mode, le lifestyle, les restos et les sorties.

Liens

MiB Awards Miss Vay Beauté

Archives