lundi, mai 30, 2016

3 astuces pour désencombrer votre esprit

3 astuces pour désencombrer votre esprit
Crédit: Roxana Gonzalez via Freerange Stock
Il y a quelques jours, Stéphanie donnait des trucs pour embrasser le minimalisme. Son article, en lien avec l’accumulation d’objets physiques, m'a inspirée une réflexion. Voici donc quelques trucs qui s’appliquent au minimalisme de notre esprit!

1. Se concentrer sur notre respiration

Ben oui! Quand le hamster tourne tellement rapidement que la fumée nous sort par les oreilles, il est temps de le faire ralentir à grands coups de respirations longues et profondes. (Psst! Je vous en ai déjà parlé ici!)

2. Faire des listes, mettre par écrit

Parfois, on se répète mentalement certaines choses par crainte de les oublier : la liste d’épicerie, les petites tâches à accomplir en arrivant à la maison, le coup de fil à passer… Lorsqu’on écrit ces choses, le cerveau se donne un break de mémorisation : au lieu d’une panoplie de détails, il n’a qu’à se souvenir de consulter la liste! Ça peut être sur une feuille, dans un cahier de notes, sur une multitude de Post-it, sur une liste électronique dans votre ordinateur ou une application sur votre cellulaire. Personnellement, selon les situations, j'emploie tous ces moyens.

3. Laisser faire le passé et le futur

Ce truc-ci est plus difficile à maîtriser. Avec l’expérience, on arrive mieux à départager les bonnes pensées (tirer des leçons, apprécier un souvenir, faire preuve de prévoyance, avoir hâte, etc.) des mauvaises (ruminer, regretter, appréhender, imaginer des scénarios catastrophes, etc.). Une bonne question à se poser est : « Est-ce que je peux y changer quelque chose en ce moment? » Si la réponse est non, il vaut sans doute mieux faire un effort pour penser à autre chose!

Se concentrer sur le moment présent permet d’ordonner les pensées. Si on se laisser distraire par le passé et le futur, on pense à tout et à n’importe quoi sans ligne directrice, ce qui est source de confusion et de fatigue mentale. Par exemple : vous êtes au parc et vous supervisez votre jeune enfant. Dans votre tête, ça déboule! :

«Ce qu’il grandit vite! Dire qu’il y a un an, il ne montait pas dans l’échelle seul. Il est tombé la première fois, ça aurait pu être grave! Il aurait pu se fendre la lèvre ou carrément le crâne. J’avais eu tellement peur! Dire qu'un jour, il fera peut-être de l’escalade. À quel âge devrais-je le laisser en faire? Les cours sont sûrement sécuritaires, mais s’il veut en faire dehors? Il faudrait que je lui trouve un bon partenaire. Peut-être que le fils de mon cousin pourrait l’accompagner. Ah, mais il est tellement étourdi!»

WO! Voyons maintenant un scénario plus apaisant, ancré dans le moment présent…

«Qu’il grandit vite! Dire qu’il y a un an, il ne montait pas dans l’échelle seul. Il a pris beaucoup de force et d’assurance. Un jour, il fera peut-être de l’escalade. On pourrait regarder des vidéos pour lui montrer ce que c’est, ça allumera peut-être une étincelle. En même temps, il est probablement trop jeune pour suivre des cours, ça peut attendre. Même s’il grimpe vraiment vite, maintenant!»

L'idée que l’enfant puisse être intéressé par l’escalade est présente dans les deux scénarios. Dans le premier scénario, vous vous affolez à propos d’éventuels problèmes qui ne se présenteraient pas avant des années... s'ils se présentent! Tandis que dans le deuxième, vous vous donnez des options réalistes par rapport à cette passion potentielle. Vous vous sentez moins impuissant, car vous pouvez prendre action (ou pas!) dans un avenir très rapproché.

Connaissez-vous d'autres façons de désencombrer votre esprit?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bienvenue

Miss Vay est un blog collaboratif basé à Québec qui porte principalement sur la beauté, mais qui s'intéresse aussi à la mode, le lifestyle, les restos et les sorties.

Liens

Hangar 217
MiB Awards Miss Vay Beauté

Archives